Les origines de l'ostéopathie

 

Les techniques de thérapie manuelle sont pratiquées par l'homme depuis des millénaires, leurs traces remontent à l’Egypte ancienne et l’Antiquité.

 

Toutefois, les fondations de l’ostéopathie contemporaine sont attribuées à Andrew Taylor STILL, médecin chirurgien qui fonda, en 1892, la toute première école d’ostéopathie. Déjà à l’époque, sa conception du soin consistait à traiter la cause et non les symptômes des troubles et maladies.

 

A la fin du XIXe siècle, William Garner SUTHERLAND, élève d’Andrew Taylor Still, fait considérablement évoluer les techniques ostéopathiques en faisant la découverte de l’existence du Mouvement Respiratoire Primaire (MRP). Ce MRP, inhérent à la vie, est constitué de micro-mouvements rythmiques et ondulatoires qui animent toute structure, os, organes ou tissus.

C’est le fondement de l’ostéopathie crânienne et des techniques dites fluidiques.

 

La méthode Poyet est une méthode d’ostéopathie douce, élaborée par Maurice Raymond POYET, qui n'eut de cesse de chercher des liens entre les symptômes et leurs causes.

 

Maurice Raymond Poyet ostéopathe reconnu, formé par l’école d’ostéopathie de Sutherland, s’aperçut que son approche structurelle fragilisait les articulations.  Ce constat l’amena à alléger peu à peu son geste jusqu’à « la légèreté d’un papillon qui se pose sur une fleur », pour reprendre son expression. C’est ainsi qu’il passa d’une approche structurelle intrusive à une approche énergétique, sensitive et informationnelle.

 

Grâce à une immense ténacité et un génie particulier, il établit des liens énergétiques, entre le crâne, le sacrum et les différentes parties du corps. Chercheur infatigable il dressa une cartographie précise des micro-mouvements rythmiques, (Mouvement Respiratoire Primaire), inhérents à chaque partie du corps : os, organes, muscles, tissus. Ses recherches l’ont amené à mettre en place un protocole précis et structuré, intégrant les fusibles, les chaînes crânio-sacrées, les somatotopies… avec le sacrum comme clavier de correction des lésions crâniennes.

 

Nous lui devons une compréhension de l’ostéopathie caractérisée par une vision originale, empathique et globale de l’individu, permettant de restituer la physiologie en stimulant tous les mécanismes d’adaptation et d’auto-guérison. Ses travaux ont transcendé la discipline en lui apportant précision, rapidité, douceur extrême, efficacité et innocuité.

Maurice Raymond Poyet